Search

Inclusivity – the real challenge to Africa’s leaders/L'inclusivité, le véritable défi des leaders africains

5 Dec 2016 - 16:30
Sciences Po

2017 is an important year for Africa, marking the transition from the Millennium Development Goals (MDGs) to the Sustainable Development Goals (SDGs), and from the New Economic Partnership for Africa's Development (NEPAD) to Agenda 2063. But, say analysts, achieving these goals will require a tight network of collaborating leaders.

With Sub-Saharan Africa expected to represent approximately 20% of the world’s population (and 65% of its poverty) by 2030, the pressure is on for the new generation of African leaders to develop solutions that break down barriers rather than reinforce them.

One way is to work together and find solutions to real problems in a questioning environment, says Dr Marianne Camerer, member of the LeAD Campus faculty, a programme supporting African leaders in the development of their leadership, their vision and their skills for a sustainable growth of Africa, and Programme Director of Building Bridges, a policy-focussed research and outreach programme at the UCT Graduate School of Development Policy and Practice (GSDPP).

She says only a minority of political, social and professional leaders are afforded the opportunity to network with their peers at a deeper level, across sectors and in different locations. This level of focus is extremely valuable both on an individual and broader social scale, as well as to effect change, she adds.

“There is a growing understanding that there is a need for different solutions. We need intellectual rejuvenation. It’s about building trust and new networks, being in conversation with people who are African and committed to development, as well as professional leadership,” Camerer argues.

According to the MDGs Agenda 2063/SDGs transition report launched in Kigali, Rwanda recently, African leaders were advised to strive for inclusive leadership and an integrated approach to driving growth.

But is this happening on the ground? The report indicated that Africa demonstrated solid economic growth over 15 years, with several countries averaging 5% or more. Those surviving on less than $1.25 dollars per day decreased from 56% in 1990 to 48% in 2010. The continent also progressed in five of eight MDGs, namely net primary enrolment, enhancing gender equality, empowering women, reducing child mortality, decreasing the spread of HIV and AIDS and driving environmental sustainability.

Still, other challenges remain, particularly economic and social inequality, with over 40% of the population still living in poverty.

“A barrier to achieving sustainable and inclusive growth in Africa remains that many of the continent’s emerging leaders work in insular environments,” Camerer says.

To achieve this next level of growth and do so sustainably, inclusive leadership, which incorporates input from multiple levels of stakeholders, is the way forward. “This is a call to leadership — the type of leadership evidenced by one’s ability to learn from others, develop a shared vision, and build cultural bridges,” Leadership Author and Civil Rights Attorney Dr Artika Tyner recently wrote in the Huffington Post.

Camerer is one of a number of movers and shakers attempting to answer this call by developing Africa’s leaders from the ground up. She and other members of the LeAD Campus faculty are passionate advocates for this cause. In coordination with African corporations, the certificate-awarding programme is coordinated by four African and French institutions: Sciences Po (France), the Higher Institute of Management in Dakar (Senegal), the Graduate School of Development Policy and Practice (GSDPP) of the University of Cape Town (South Africa) and the CEFEB, the corporate university of the French Development Agency (AFD). LeAD Campus’s goal, say its mentors, is to identify the current and future leaders of Africa, develop their skills and projects, and help them to contribute to a sustainable and inclusive growth across the continent.

In practical terms, this means helping emerging leaders expand their professional networks, pursue their professional goals, master the fundamental skills needed to structure and develop their business, actively contribute to the development of the continent through their professional projects, and ensure their business properly addresses issues of sustainable and inclusive development. They’re also assisted in strengthening their leadership skills – including the fundamentals of management – their vision and ability to innovate.

This, believes Camerer, is a business imperative in Africa today.

She’s not alone. The African Leadership Academy’s Lorem Aminathia – a campaigner for greater representation of the agricultural sector in Africa’s growth plan – shares these sentiments, arguing for inclusive leadership and the building of relationships between sectors to drive sustainable growth in Africa. Should this occur, he argues, “growth will trickle down to the most disadvantaged: youth and women”.

Camerer says this type of leadership requires substantial mutual trust and respect from all parties. “One way to do this is through bringing diverse emerging leaders together in a classroom environment through tertiary education or executive education, where they can learn from each other,” she says.

But these opportunities are not always accessible or scholarships are not always available. There may be financial barriers to networking and travelling opportunities for emerging leaders, or female leaders may not always get away from their domestic obligations.

“Despite this, there is increasing interest in building cross-sectoral relationships amongst leaders, and foreign investment in such initiatives is increasing because there is a desire for Africa to work. There is a thirst for knowledge, for seeing how things are done elsewhere in the world,” Camerer says.

For more information on the programme, please click here. The 2017 LeAD Campus Programme can be found here.

To apply, please click here.


L'inclusivité, le véritable défi des leaders africains

L'année 2017 est une année clé pour le continent africain dans la mesure où elle marque le passage des Objectifs du millénaire pour le développement (OMD) aux Objectifs de développement durable (ODD), et du Nouveau partenariat économique pour le développement de l'Afrique (NEPAD) à l'Agenda 2063. Toutefois, les analystes estiment que l'atteinte de ces objectifs nécessitera la mise en place d'un véritable réseau soudé de leaders travaillant en étroite collaboration.

L'Afrique subsaharienne devrait représenter environ 20 % de la population mondiale (dont 65 % de sa population pauvre) d'ici à 2030, les regards se tournent ainsi vers la nouvelle génération de leaders africains qui sont appelés à mettre en œuvre des initiatives qui feront tomber les barrières  au lieu deles renforcer.

L'une des approches possibles consiste à travailler de concert pour trouver des solutions aux problèmes concrets du continent dans une atmosphère propice au partage d'opinions, explique le Dr Marianne Camerer, membre du corps professoral de LeAD Campus - un programme qui accompagne les leaders africains dans le développement de leur leadership, leur vision et leurs compétences pour une croissance durable et inclusive du continent - et directrice du programme Building Bridges, un programme de recherche et de vulgarisation axé sur les politiques de l'École supérieure des politiques et pratiques de développement (GSDPP) de l'UCT.

Elle affirme que seule une minorité de leaders politiques, sociaux et professionnels ont l'opportunité de travailler en étroite collaboration avec leurs pairs dans différents secteurs et à différents endroits. Ce degré d’intérêt est extrêmement précieux à la fois au niveau individuel et à l'échelle sociale, et d'autant plus pour instaurer des changements, ajoute-t-elle.

« On se rend compte qu'il est de plus en plus nécessaire de trouver des solutions différentes. Nous avons besoin d'un rajeunissement intellectuel. Il s'agit de construire des relations de confiance et de nouveaux réseaux, de dialoguer avec des Africains soucieux du développement de leur continent, ainsi qu'avec les leaders professionnels », soutient Mme Camerer.

Selon le rapport de transition OMD-Agenda 2063/ODD récemment publié à Kigali au Rwanda, les leaders africains ont été invités à œuvrer pour un leadership inclusif et une approche intégrée pour stimuler la croissance.

Mais est-ce le cas sur le terrain ? Le rapport indique que l'Afrique a connu une forte croissance économique pendant 15 ans, avec plusieurs pays atteignant en moyenne 5 % de taux de croissance voire plus. Le nombre de personnes vivant avec moins de 1,25 dollar par jour est passé de 56 % en 1990 à 48 % en 2010. Le continent a également fait des progrès dans le cadre de l'atteinte de cinq des huit OMD, notamment assurer l'éducation primaire pour tous, promouvoir l'égalité des sexes et l'autonomisation des femmes, réduire la mortalité des enfants de moins de 5 ans, limiter la propagation du VIH/sida et assurer un environnement durable.

Cependant, d'autres défis subsistent, notamment les inégalités économiques et sociales avec plus de 40 % de la population vivant encore dans la pauvreté.

« Un obstacle à la réalisation d'un développement durable et inclusif en Afrique tient du fait que bon nombre de futurs leaders travaillent de manière isolée », déclare Mme Camerer.

Pour atteindre ce niveau supérieur de croissance et le faire de manière durable, la voie à suivre est celle d'un leadership inclusif qui intègre les contributions de multiples acteurs. « Je lance ainsi un appel au leadership, le type de leadership démontré par la capacité de chacun à apprendre des autres, à développer une vision commune et à construire des ponts culturels ». Tels sont les propos, récemment parus au Huffington Post, du Dr Artika Tyner, auteure en matière de leadership et avocate des droits civils.

Le Dr Camerer compte parmi les forces vives qui tentent de répondre à cet appel à travers la formation des futurs leaders africains. Tout comme les autres partenaires du LeAD Campus, elle est une fervente militante de cette cause. Bénéficiant de l'appui d’entreprises africaines, le programme certifiant est coordonné par quatre institutions africaines et françaises, à savoir Sciences Po Executive Education (France), l'Institut supérieur de management de Dakar (Sénégal), l'École supérieure des politiques et pratiques de développement (GSDPP) de l'Université du Cap (Afrique du Sud) et le CEFEB, le centre de formation de l'Agence française de développement (AFD). L'objectif du programme est d'identifier les leaders actuels et futurs du continent africain, de développer leurs compétences et leurs projets pour contribuer à une croissance durable et inclusive du continent.

Dans les faits, cela signifie aider les leaders affirmés et en herbe à étendre leur réseau professionnel, à poursuivre leurs objectifs professionnels, à maîtriser les fondamentaux nécessaires à la structuration et au développement de leur activité, à contribuer activement au développement du continent à travers leurs projets professionnels, et à s'assurer que leur activité intègre les questions liées au développement durable et inclusif. Ils sont également accompagnés dans le renforcement de leurs compétences de leader (entre autres au travers de l’enseignement des fondamentaux de la gestion), de leur vision et de leur capacité à innover.

De l'avis de Mme Camerer, cette initiative est aujourd'hui un impératif en Afrique.

Elle n'est cependant pas la seule à avoir cette vision des choses. Lorem Aminathia de l'Académie africaine de leadership (ALA) – qui milite pour une plus grande représentativité du secteur agricole dans le plan de croissance de l'Afrique – partage ce point de vue en plaidant pour un leadership inclusif et l’établissement de relations entre les responsables de divers secteurs afin de stimuler une croissance durable en Afrique. « Si cela se produisait, affirme-t-il, la croissance profiterait également aux plus défavorisés, c'est-à-dire les jeunes et les femmes ».
 
Selon le Dr Camerer, ce type de leadership exige que toutes les parties prenantes fassent davantage preuve de confiance et de respect mutuel. « L'une des façons pour y parvenir consiste, grâce à l'éducation supérieure ou l'éducation des cadres, à rassembler tous les futurs leaders dans un cadre académique où ils pourront apprendre les uns des autres », affirme-t-elle.

Mais ces opportunités ne sont pas toujours accessibles et très peu de bourses sont généralement offertes. Les jeunes leaders rencontrent souvent des problèmes d'ordre financier qui les empêchent de tisser un réseau de relations et de voyager, et les femmes leaders ne parviennent pas toujours à se libérer de leurs obligations familiales.

« En dépit de ces problèmes, les leaders font preuve d'un intérêt croissant pour l'établissement de relations intersectorielles, et l'investissement étranger dans de telles initiatives est en nette progression, car il y a un réel désir de voir l'Afrique fonctionner. La soif de connaissances, de voir comment les choses sont faites ailleurs dans le monde est palpable », déclare le Dr Camerer.

Plus d'informations sur LeAD Campus et sur les candidatures pour le compte du programme de 2017.

COMMUNIQUÉ DE PRESSE: CERTIFICAT LEAD CAMPUS - LEADERS POUR L’AFRIQUE DE DEMAIN LANCEMENT DU RECRUTEMENT DE LA DEUXIÈME PROMOTION

For more information on the programme, please click here To apply, please click here - See more at: http://www.gsdpp.uct.ac.za/gsdpp/buildingbridges/leadership_dev/LeAD_campus/overview#sthash.RucWJKE0.dpuf
For more information on the programme, please click here To apply, please click here - See more at: http://www.gsdpp.uct.ac.za/gsdpp/buildingbridges/leadership_dev/LeAD_campus/overview#sthash.RucWJKE0.dpuf